"Moi, je ne joue plus”. L’illusion di Jacques Copeau