Introduction : Autorité et Web 2.0

vicari
2021-01-01

Depuis l’Antiquité, avec Platon, et jusqu’à nos jours, la notion d’autorité a fait l’objet de nombreuses réflexions sous la plume des philosophes, sociologues, psychologues. Cette réflexion s’est surtout développée à partir du 20e siècle, tantôt dans le but de la spécifier par rapport à des notions voisines avec lesquelles elle est souvent confondue, comme celles de pouvoir et de domination (Arendt 2004 [1955]), tantôt pour établir la typologie de ses grandes figures (Weber 1922, Kojève 2004), tantôt encore pour montrer le fondement symbolique, psychologique, idéologique de la soumission à l’autorité (Durkheim 1925, Adorno et al. 1950, Bourdieu 1975). Ses liens avec le mécanisme psychologique de l’obéissance (Milgram 1963) et avec la notion de vérité, dans sa version coercitive (Foucault 1975) ou libératrice (Foucault 2009) ont été également analysés. Des chercheurs ont exploré la dimension juridique de l’autorité (Raz 1979), ou ont insisté sur sa double nature socio-relationnelle et langagière, surtout à la suite de Bochenski (1974). Ils ont ainsi contribué à montrer le rôle du langage dans l’établissement de l’autorité. Enfin, plus récemment, épistémologues, sociologues et spécialistes en sciences de l’information et de la communication ont mis en lumière son caractère historicisé (Leclerc 1996) et les changements, voire les distorsions, provoqués par les liens que l’autorité entretient avec les phénomènes de popularité et de réputation sur les réseaux sociaux (Origgi 2008, Alloing 2014, Candel et Gkouskou-Giannakou 2017, Broudoux et Ihadjadene 2020). L’autorité est une notion plurielle, dynamique, dont la nature multidimensionnelle fait un objet de recherche non seulement transversal à tous les champs des sciences humaines, mais aussi difficile à cerner et encore plus à définir. Néanmoins, l’accord sur sa double nature discursive et socio-relationnelle justifie amplement une étude de son fonctionnement et de sa circulation dans et par les discours, notamment ceux qui sont produits dans l’univers discursif numérique, hétéroclite et mouvant, du web 2.0, où il semblerait que la distinction nette entre locuteurs légitimes et « sans voix » de Bourdieu (1977) perd de sa pertinence. L’objectif de ce numéro est de mieux comprendre quelles conceptions de l’autorité discursive ressortent de l’analyse de cas d’études concrets portant sur ce terrain si particulier qu’est le web 2.0. Les contributions permettent de montrer non seulement dans quelles conditions discursives et à l’aide de quelles stratégies les locuteurs construisent des « discours d’autorité », et accordent ou refusent leur confiance à une autorité ; mais aussi dans quelle mesure et de quelle manière cette notion se modifie dans ces espaces discursifs où les locuteurs ne partagent pas forcément les mêmes savoirs ni les mêmes représentations sur les questions traitées.
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
aad-4936.pdf

accesso aperto

Descrizione: articolo principale
Tipologia: Documento in versione editoriale
Dimensione 270.89 kB
Formato Adobe PDF
270.89 kB Adobe PDF Visualizza/Apri

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11567/1045778
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact