L'analyse de la relation et de la dynamique qui s’instaure entre le début et la fin s'est concentrée sur plusieurs romans contemporains "Anatomie d’un chœur" de Marie Nimier, "Truismes" de Marie Darrieussecq, "Un an" de Jean Echenoz, "La Télévision" de Jean-Philippe Toussaint, "Mon grand appartement" de Christian Oster, "Terrasse à Rome" de Pascal Quignard, "Le Magot de Momm" de Hélène Lenoir, "La Fonte des glaces" d’Alain Nadaud, "Dondog" d’Antoine Volodine, "Magnus" de Sylvie Germain. Ces textes présentent des caractéristiques communes dans la dynamique entre début et fin. A travers la lecture et l’analyse des textes on arrive à dégager un programme d’écriture qui unit les auteurs dans la volonté de rendre l'incipit et l'explicit les deux lieux stratégiques de la construction romanesque. Le cas de Christian Gailly démontre au contraire une contestation de la clôture par la présence de fins qui ne terminent pas une histoire mais qui la laissent en suspens et qui la remettent en question tout en mettant en doute aussi son déroulement. La position critique de l'auteur envers les structures romanesques dénonce son attitude existentielle toujours assez pessimiste.

Le début et la fin : évolution d’une relation textuelle dans le roman contemporain ?

BRICCO, ELISA
2007-01-01

Abstract

L'analyse de la relation et de la dynamique qui s’instaure entre le début et la fin s'est concentrée sur plusieurs romans contemporains "Anatomie d’un chœur" de Marie Nimier, "Truismes" de Marie Darrieussecq, "Un an" de Jean Echenoz, "La Télévision" de Jean-Philippe Toussaint, "Mon grand appartement" de Christian Oster, "Terrasse à Rome" de Pascal Quignard, "Le Magot de Momm" de Hélène Lenoir, "La Fonte des glaces" d’Alain Nadaud, "Dondog" d’Antoine Volodine, "Magnus" de Sylvie Germain. Ces textes présentent des caractéristiques communes dans la dynamique entre début et fin. A travers la lecture et l’analyse des textes on arrive à dégager un programme d’écriture qui unit les auteurs dans la volonté de rendre l'incipit et l'explicit les deux lieux stratégiques de la construction romanesque. Le cas de Christian Gailly démontre au contraire une contestation de la clôture par la présence de fins qui ne terminent pas une histoire mais qui la laissent en suspens et qui la remettent en question tout en mettant en doute aussi son déroulement. La position critique de l'auteur envers les structures romanesques dénonce son attitude existentielle toujours assez pessimiste.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11567/241399
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact